• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram
  • YouTube
  • LinkedIn

Ce que tout parent doit savoir

L’intimidation n’est pas une étape normale du développement de l’enfant.

Ce que tout parent doit savoir

La majorité des jeunes canadiens seront confrontés à des actes d’intimidation au moins une fois dans leur enfance. Certains vivent cette violence au quotidien. L’intimidation est un jeu de pouvoir, un abus de pouvoir – or, l’abus ne s’inscrit pas dans le développement de l’enfance normalement. L’intimidation a des répercussions immédiates et à long terme et peut entraîner chez l’enfant une multitude de problèmes allant jusqu’aux troubles physiques, sociaux et mentaux. Tout parent doit considérer ces risques comme inacceptables. L’intervention d’un adulte met fin à l’intimidation – c’est à nous d’agir, c’est notre devoir et notre responsabilité.

Risques encourus par l’enfant qui intimide ses pairs 

L’enfant qui intimide ses pairs apprend à recourir à la violence et à l’abus de pouvoir pour contrôler et faire du mal aux autres. Si on ne l’oblige pas à changer de comportement, il grandira sans apprendre à différencier le bien du mal. Cet enfant risque fort de souffrir de délinquance, de surconsommation de drogue et d’alcool, de troubles scolaires et de tomber plus tard dans les filets de la criminalité. L’enfant qui intimide ses semblables aura sans doute des difficultés relationnelles tout au long de sa vie et risque même de se faire intimider à son tour.

Risques encourus par l’enfant victime d’intimidation

L’enfant victime d’intimidation se sent impuissant et piégé dans ces relations où on abuse de lui. Si on ne corrige pas le déséquilibre dans pareils rapports de force, cet enfant risque de souffrir de phobie sociale, de solitude et de désespoir. Il se plaint souvent de maux de tête, d’indigestion. Son estime de soi est au plus bas. Il cherchera à fuir l’école au risque de voir chuter ses résultats scolaires et de vivre en vase clos. On note un risque plus élevé de dépression, d’idées suicidaires, de tentatives de suicide et de suicide réussi chez l’enfant victime d’intimidation.

Le rôle des parents

Il revient aux parents de créer un environnement positif autour de l’enfant, un milieu de vie qui permet à l’enfant de nouer et de maintenir de saines relations. Les parents peuvent lutter contre le déséquilibre des rapports de force au sein d’une relation abusive en développant, chez l’enfant, les habiletés relationnelles et sociales nécessaires pour qu’il soit en mesure de faire face aux conflits entre pairs et minimiser les échanges négatifs avec les autres enfants.

L’intimidation prend différentes formes au fur et à mesure que l’enfant grandit, passant de l’enfance à l’adolescence. Au cours de cette période, votre enfant  peut naviguer entre ces trois profils : l’enfant qui se fait intimider, l’enfant qui intimide les autres et l’enfant témoin d’actes d’intimidation. Peu importe le rôle que joue votre enfant, il faut savoir que les répercussions de l’intimidation sont néfastes et perdurent. Par conséquent, nous devons nous en soucier.

Dans cette section, nous offrons aux parents une information pertinente et des outils pratiques pour aider l’enfant à apprendre comment nouer et maintenir de saines relations et prévenir la violence.

© 2017 PREVNet. Tous droits réservés.