• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram
  • YouTube
  • LinkedIn

Les jeunes LGBTI

Lesbienne, gai, bisexuel, transgenre, transsexuel, incertain

Les jeunes LGBTI

Tous les jeunes ont le droit et méritent de se sentir en sécurité. L’intimidation est une atteinte aux droits humains.

Le processus est souvent douloureux chez l’ado qui doute de son orientation sexuelle et qui s’interroge à ce sujet, d’autant qu’il fait face également au stress vécu par tous les ados. Environ 4% des ados s’identifient comme lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres, transsexuels ou incertains (LGBTI). Ces jeunes sont plus souvent ciblés et victimes d’intimidation, de harcèlement sexuel et de violence physique ; le risque d’isolement social est donc plus élevé.

Les actes d’intimidation dirigés contre les jeunes LGBTI ressemblent en tout point à ceux perpétrés contre les ados en général mais cette violence est particulièrement blessante pour ces jeunes marginalisés bien au fait des préjugés sociaux favorisant l’hétérosexualité.

Les différentes formes d’intimidation vécue par les jeunes LGBTI

Intimidation physique

Frapper,  asséner des coups de pied,  bousculer, cracher, voler ou briser ses effets personnels

Intimidation verbale

Affubler de surnoms (« fife, tapette, gouine, grande folle »), se moquer, narguer ou ridiculiser avec malveillance, humilier, menacer, passer des commentaires racistes ou sexistes

Intimidation sociale

Exclure du groupe, commérer ou lancer des rumeurs, ridiculiser, briser des amitiés

Cyberintimidation

Utiliser le courriel, le téléphone cellulaire, le message texte et les sites Internet pour menacer, harceler, embarrasser, exclure socialement, briser une réputation ou une amitié

 

Signes de victimisation chez les jeunes LGBTI

Les jeunes LGBTI souffrent souvent de dépression et de troubles du comportement. Ils craignent à tout moment les actes de violence et de discrimination à leur égard, sans parler de la peur de ne pas être acceptés et soutenus par la famille et les amis au moment de dévoiler leur orientation sexuelle. Ces difficultés peuvent inciter un jeune à s’éloigner de sa famille et de ses ami-es afin d’éviter toute discussion à ce sujet. Il peut se révolter contre ses parents et ses pairs pour éviter qu’on le questionne sur son orientation sexuelle ou pour se défendre contre le harcèlement et le rejet (réel ou anticipé).

Autres signes indiquant que votre ado LGBTI est peut-être victime d’intimidation

Ce que les parents peuvent faire pour aider leur ado

Les risques d’abus de drogues et d’alcool, de dépression, de comportements violents et de suicide sont extrêmement élevés chez les jeunes LGBTI  victimes d’intimidation. Le soutien immédiat et inconditionnel des parents peut lui donner la force de s’accepter et de combattre l’expérience douloureuse de l’intimidation et de l’isolement social.

Conseils aux parents pour aider un ado LGBTI à contrer l’intimidation

  • Donnez l’exemple

Faites preuve de tolérance et montrez-lui que vous acceptez la diversité et toutes les orientations sexuelles. Ne tolérez pas le jargon injurieux et homophobe sur les LGBTI (ex. fife, tapette, gouine). Ne soutenez pas les médias qui se moquent des personnes LGBTI.

  • Revoyez vos idées préconçues

Ne présumez pas que votre enfant ou ses ami-es sont, de toute évidence, d’orientation hétérosexuelle ou « straight » ; cette croyance pourrait inciter votre enfant à ne pas chercher votre soutien. Sachez reconnaître vos conceptions erronées  et  préjugés sur les questions et les personnes LGBTI.

  • Encouragez votre ado à dénoncer toute forme d’intimidation

C’est le rôle du parent de contrer l’intimidation. Souvent, un jeune LGBTI craint de dénoncer la violence de peur d’être à nouveau victime ou parce qu’il n’a pas encore dévoilé son orientation sexuelle. Dites clairement à votre ado que vous désirez être informé de tout incident pouvant s’apparenter à l’intimidation ou au harcèlement.

  • Écoutez-le attentivement, répondez-lui sur le champ

Le soutien des parents s’avère une arme précieuse et efficace contre les effets pervers de la victimisation. Les jeunes LGBTI nient souvent être victimes d’intimidation parce qu’ils ont honte et peur ; les parents doivent donc ouvrir l’œil et reconnaître les signes de victimisation. Prenez au sérieux chaque incident et intervenez immédiatement en prenant la défense de votre enfant.

  • Veillez à inclure tous les jeunes

Les enfants imitent leurs parents. Créez des relations harmonieuses entre jeunes LGBTI en prenant soin de relever et de complimenter les gestes respectueux et accueillants chaque fois que vous en êtes témoin. Traitez un jeune LGBTI comme un membre de votre famille…vous ne sauriez le voir se faire violenter ou insulter sans réagir.

  • Réduisez les occasions d’intimidation

Entourez votre ado de jeunes qui prendront sa défense, au besoin. Impliquez-vous à l’école ou dans un organisme communautaire afin d’organiser des activités visant à soutenir les jeunes LGBTI. Oeuvrez de concert avec la direction de l’école de votre ado afin de promouvoir la tolérance en milieu scolaire.

  • Cherchez une aide extérieure

Les jeunes LGBTI victimes d’intimidation souffrent souvent de dépression et d’un manque d’estime de soi. Des conseillers offrent des consultations individuelles ou forment des groupes de soutien pour aider les ados LGBTI qui ont du mal à s’intégrer, qui sont marginalisés ou ciblés par leurs pairs.

  • Appuyez publiquement la cause des LGBTI

Défendez la cause des jeunes GLBT en communiquant avec les décideurs responsables de l’élaboration de politiques au sein de la commission scolaire et des gouvernements provinciaux et fédéraux. Sensibilisez les décideurs aux difficultés que rencontrent ces jeunes. Soutenez toute politique reconnaissant l’existence de pratiques d’intimidation homophobes.

© 2017 PREVNet. Tous droits réservés.