• Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Instagram
  • YouTube
  • LinkedIn

Pour les parents

QU’EST-CE QUE L’INTIMIDATION?

L’intimidation est un comportement agressif d’une personne envers une autre, dans un contexte où l’intimidateur détient plus de pouvoir que la personne qui se fait intimider. Ce comportement agressif est habituellement répétitif (mais ce n’est pas toujours le cas). L’intimidation peut prendre diverses formes : verbale, physique, sociale ou électronique (cyberintimidation). Elle est motivée par certains facteurs comme la race, l’origine ethnique, l’appartenance religieuse ou par des questions liées à la sexualité ou au handicap. Vous êtes en droit d’attendre que les éducateurs qui œuvrent auprès de votre enfant à l’école interviennent chaque fois qu’un incident d’intimidation se produit et perturbe le climat en milieu scolaire, y compris les actes d’intimidation perpétrés à l’intérieur ou à l’extérieur de la propriété de l’école ou lors d’un échange face-à-face ou par voie électronique.

À ce jour – août 2013 – votre province ou territoire n’a pas encore adopté une législation en matière d’intimidation. L’information qui suit peut vous servir de guide et devrait pouvoir s’appliquer, à la fois, aux écoles privées et aux écoles publiques. N’hésitez pas à lire les documents afférents aux sept provinces qui se sont dotées d’une législation (Ontario, Québec, Manitoba, Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve, Nouvelle-Écosse et Alberta) et ceux concernant les territoires du Yukon et les Territoires-du-Nord-Ouest. Cette lecture pourrait vous être utile. 

La prévention de l’intimidation

Les parents/tuteurs ont la responsabilité de travailler de concert avec les adultes qui interviennent auprès de leur enfant (personnels enseignants, directions de l’école, entraîneurs, animateurs de groupe) pour que, tous ensemble, ils enseignent aux enfants et aux jeunes que l’intimidation est un comportement répréhensible et inacceptable. Les écoles (privées ou publiques), les commissions scolaires, les parents, les enseignants et les ministères ont tous la responsabilité de créer un milieu de vie sécuritaire où chacun a droit au respect.

Le parent est en droit de s’attendre:

Dans la classe ou à l’école:

  • Que l’école adopte un code de conduite qui 1) prévoit des mesures précises pour traiter les cas d’intimidation, 2) définit les différentes formes d’intimidation et 3) détermine quelles sont les responsabilités qui incombent au personnel enseignant et à la direction pour contrer l’intimidation en milieu scolaire et ce, de la maternelle jusqu’à la fin des études secondaires.

  • Que les parents aient participé à l’élaboration d’une politique de lutte contre l’intimidation et qu’ils soient tenus informés de cette politique.

  • Que tout le personnel scolaire reçoive une formation adéquate en matière de prévention de l’intimidation, en fonction du rôle et des responsabilités de chacun.

Auprès de la commission scolaire:  

  • Que la commission scolaire adopte une politique qui affirme le droit de chaque élève d’évoluer dans un milieu d’apprentissage sécuritaire, libre de toutes formes d’intimidation, et qui détermine les responsabilités qui incombent à la commission scolaire en matière de prévention de l’intimidation auprès des élèves et ce, de la maternelle jusqu’à la fin des études secondaires.

  • Que l’école se dote de ressources probantes sur la prévention de l’intimidation et qu’elle offre des formations en la matière.

Auprès du ministère de l’Éducation:

  • Que le Ministère adopte une politique qui affirme le droit de chaque élève d’évoluer dans un milieu d’apprentissage positif et sécuritaire, libre de toutes formes d’intimidation, et qui détermine les responsabilités qui incombent au ministre, à la commission scolaire, aux directeurs d’école et au personnel enseignant en matière de prévention de l’intimidation auprès des élèves, de la maternelle jusqu’à la fin des études secondaires.

  • Que l’école reçoive un financement adéquat pour l’acquisition de ressources et la formation du personnel.

  • Que des mesures soient adoptées pour inciter les commissions scolaires à se conformer à la Loi (par exemple, compensation monétaire ou sanction).

Si votre enfant se fait intimider

Si un membre du personnel scolaire ou toute autre personne vous apprend que votre enfant se fait intimider à l’école ou si votre enfant se confie à vous en ce sens, voici à quoi vous attendre comme parent.

Bien souvent, un élève qui se fait intimider est habité par la peur et la honte; il demandera à ses parents de ne pas dénoncer son agresseur à la direction de l’école mais, pour mettre fin à l’intimidation, les enseignants et les administrateurs doivent en être informés. Voyez avec votre enfant quels sont les adultes en qui il ou elle a confiance, à l’école, puis invitez ces adultes à vous aider à résoudre le problème.

Rappel: malgré la colère et l’inquiétude qui vous gagnent, restez calme et communiquez avec la direction de l’école en lui offrant votre soutien. Votre rôle est de protéger votre enfant, celui de l’école est d’offrir à tous les élèves un milieu scolaire sûr et sécuritaire. Lorsqu’un élève fait de l’intimidation, la direction de l’école doit déterminer quelles sont les actions à prendre et les conséquences à imposer pour mettre fin à l’intimidation tout en préservant la vie privée des élèves en cause. Concentrez vos efforts sur la recherche d’une solution – pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent et pour que votre enfant se sente soutenu et en sécurité à l’école. 

Le parent est en droit de s’attendre: 

Dans la classe ou à l’école:

  • Que tout au long de leur cheminement scolaire, les élèves puissent vivre des expériences éducatives qui favorisent leur développement personnel et l’apprentissage du respect mutuel, tout en leur apprenant que l’intimidation, sous toutes ses formes, est inacceptable.

  • Que les enseignants puissent identifier et traiter les cas d’intimidation et qu’ils signalent tout incident du genre au directeur de l’école, conformément à la politique adoptée par l’école.

  • Que le directeur de l’école – ou ses délégués – vous informe en temps opportun de tout incident d’intimidation impliquant votre enfant et qu’il mène une enquête chaque fois qu’il reçoit un rapport sur un incident d’intimidation.

  • Que les adultes qui œuvrent auprès de votre enfant en milieu scolaire (administrateurs, membres du personnel, chauffeurs d’autobus, organisateurs d’activités) soient, tous et chacun, entièrement responsables de signaler tout incident d’intimidation qui se produit sur la propriété de l’école ou au cours des activités parascolaires, ou encore entre élèves sous forme de cyberintimidation, de sorte que l’administration puisse traiter la situation adéquatement et en temps opportun.

  • Qu’on vous invite, comme parent, à participer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan de sécurité visant à protéger votre enfant et à s’assurer qu’il se sente en sécurité à l’école et tout au long du trajet entre la maison et l’école.

Auprès du district scolaire:

  • Que soit stipulé, dans les lignes directrices de l’école, que la commission scolaire est tenue d’intervenir devant tout problème d’intimidation qui perdure et demeure non résolu, malgré les efforts consentis par la direction de l’école pour régler la situation.

  • Que la commission scolaire s’engage formellement, par l’adoption d’une politique, à favoriser la création d’un milieu d’apprentissage positif et sécuritaire.

Auprès du ministère de l’Éducation:

  • Que l’on dispose des ressources voulues pour offrir tout le soutien nécessaire aux élèves victimes d’intimidation.

  • Que l’on adopte une politique-cadre en matière de discipline progressive afin de guider les commissions scolaires et les directions d’école lorsqu’elles sont appelées à traiter tout cas d’intimidation de façon juste et efficace. La politique disciplinaire doit tenir compte : du stade de développement des élèves concernés, de leurs antécédents, de leurs besoins spéciaux, de la gravité des actes d’intimidation commis et des préjudices causés.

  • Que l’on adopte une politique qui préconise le partage de l’information avec les parents tout en préservant la vie privée de tous les élèves concernés.

Auprès de la commission scolaire:

  • Que soit stipulé, dans les lignes directrices de l’école, que la commission scolaire est tenue d’intervenir devant tout problème d’intimidation qui perdure et demeure non résolu, malgré les efforts consentis par la direction de l’école pour régler la situation.

  • Que la commission scolaire s’engage formellement, par l’adoption d’une politique, à favoriser la création d’un milieu d’apprentissage positif et sécuritaire.

Auprès du ministère de l’Éducation:

  • Que l’on dispose des ressources voulues pour offrir tout le soutien nécessaire aux élèves qui sont aux prises avec l’intimidation, qu’ils en soient victimes, témoins ou intimidateurs.

  • Que l’on adopte une politique-cadre en matière de discipline progressive afin de guider les commissions scolaires et les directions d’école lorsqu’elles sont appelées à traiter tout cas d’intimidation de façon juste et efficace. La politique disciplinaire doit tenir compte : du stade de développement des élèves concernés, de leurs antécédents, de leurs besoins spéciaux, de la gravité des actes d’intimidation commis et des préjudices causés.

  • Que l’on adopte une politique qui préconise le partage de l’information avec les parents tout en préservant la vie privée de tous les élèves concernés.

Si votre enfant intimide les autres

Si un membre du personnel scolaire ou toute autre personne vous apprend que votre enfant intimide les autres à l’école ou si votre enfant se confie à vous en ce sens, voici les droits qui sont conférés au parent en vertu de la loi actuelle. 

Le parent est en droit de s’attendre:  

Dans la classe ou à l’école:

  • Qu’on assure une supervision et une discipline adéquates auprès de tous les élèves.

  • Qu’au sein de l’école, tous les incidents d’intimidation soient traités avec diligence, constance et en temps opportun.

  • Que tout acte d’intimidation entraîne des conséquences justes et efficaces qui sauront motiver  l’enfant qui intimide les autres à ne plus recommencer.

  • Que le personnel scolaire applique avec assiduité la discipline progressive pour que l’enfant puisse intégrer une meilleure compréhension sociale, de nouveaux comportements, des habiletés sociales et le contrôle de soi - des compétences essentielles pour qu’il soit en mesure d’établir de relations saines et respectueuses avec les autres. Si votre enfant persiste à faire de l’intimidation, sachez que les mesures disciplinaires se feront progressivement plus sévères. 

  • Qu’on imposera en premier lieu, et lorsque la situation le permet, des conséquences éducatives en réponse à l’intimidation – autrement dit, des sanctions conçues pour éduquer et motiver positivement l’élève qui a fait de l’intimidation. Pour en savoir davantage sur les conséquences éducatives et obtenir des exemples, consultez le document suivant.

Auprès de la commission scolaire:  

  • Que la commission scolaire explique clairement son rôle, ainsi que les procédures à suivre, lorsqu’elle doit rendre une décision qui implique une suspension, un retrait ou un renvoi de l’école.

Auprès du ministère de l’Éducation:

  • Que le Ministère explique clairement son rôle, ainsi que les procédures à suivre, lorsqu’il doit rendre une décision qui implique une suspension, un retrait ou un renvoi de l’école.

Plan d’action pour le parent dont l’enfant s’est fait intimider ou qui a fait de l’intimidation

  1. Prenez le temps de vivre vos émotions. Il est souvent douloureux d’apprendre que votre enfant s’est fait intimider – ou a intimidé un élève. Écoutez bien les informations que l’on vous transmet et, au besoin, dites que vous avez besoin de réfléchir avant d’agir.
  2. Montrez-vous attentif et chaleureux au cours de cette discussion avec votre enfant. Prenez au sérieux tout signalement d'intimidation. Quand votre enfant aborde le sujet ou dénonce un cas d’intimidation, dites-lui qu’il faut bien du courage pour en parler. Ajoutez que c’est votre rôle de l’aider à résoudre ce problème et à mettre fin à ces incidents d’intimidation et que - pour y parvenir- vous devrez dénoncer ce cas d’intimidation auprès de la direction de l’école et collaborer avec le personnel pour résoudre ce problème. Si votre enfant s’est fait intimider, rassurez-le et dites-lui qu’il a le droit d’être en sécurité et d’être protégé par des adultes à l’école et qu’il a droit au respect de la part de tous et chacun. Aidez l’enfant qui fait de l’intimidation à comprendre la nature de nos droits fondamentaux. Insistez sur un point : votre enfant a la responsabilité de traiter les gens avec respect.
  3. Pour obtenir plus d’information sur l’intimidation, visitez www.prevnet.ca/fr
  4. Avant de rencontrer le personnel scolaire pour élaborer un plan de sécurité pour votre enfant, ou une réponse positive si votre enfant a fait de l’intimidation, fixez-vous des objectifs à court et à long terme. L’important est d’identifier ce que vous désirez accomplir et de préciser vos attentes vis-à-vis le milieu scolaire en tenant compte des droits et des obligations de l’école, en vertu de la Loi en vigueur.
  5. Suivez la mise en œuvre du plan de sécurité et voyez si les choses s’améliorent. Vérifiez la situation régulièrement auprès de votre enfant et du personnel scolaire pour vous assurer qu’on se charge de régler le problème et que les incidents ne se sont pas reproduits. Commencez par une vérification quotidienne que vous espacerez ensuite graduellement à tous les deux jours, une fois par semaine, etc. Dans certains cas, on doit poursuivre cette vérification pendant plusieurs mois.
  6. À partir du moment où vous prenez conscience de la situation, consignez par écrit la description détaillée de tous les événements qui se sont produits, à quel moment, la façon dont les situations ont été traitées, les interventions qui ont suivi et la réussite ou non du plan d’action mis en œuvre pour mettre un terme à l’intimidation.

N’oubliez pas que vous êtes un modèle aux yeux de votre enfant. Il observe attentivement tous vos faits et gestes. Vos paroles et vos actions ont une grande influence. Quand un enfant voit son parent faire preuve de respect et d’empathie envers une personne avec qui il est en désaccord, il y a fort à parier que cet enfant agira de même, en pareilles circonstances. 

© 2017 PREVNet. Tous droits réservés.